En Savoie et Haute-Savoie, qui a le plus bénéficié de la taxe de séjour de Airbnb ?

93 millions d’euros en 2021, 148 millions en 2022 et 187 millions en 2023. Chaque année, la somme que collecte le géant américain Airbnb au titre de la taxe de séjour* est en augmentation dans notre pays. Et chaque année, de plus en plus de communes en profitent.

L’an passé, ce sont ainsi 24 600 villes et villages français qui en ont bénéficié, soit 1 600 de plus que l’année précédente. Une donnée que le leader mondial de la location d’appartements et de maisons entre particuliers met sur le compte de deux éléments : “L’évolution des habitudes de voyage depuis la pandémie” et “la mise à disposition de nouveaux outils afin de stimuler la dispersion du tourisme”, comme indiqué dans un communiqué.

Pour autant, les plus grosses sommes continuent d’être aspirées par les grandes villes. Ainsi, sur le podium national, on trouve évidemment Paris, qui a bénéficié d’un effet “Coupe du Monde de rugby” assez palpable (31,7 millions d’euros touchés en 2023, soit 10 de plus qu’en 2022), Marseille (4,2 millions) et Nice (4,1 millions).

Les stations en haut du classement

Dans nos contrées, les montants reversés par la plateforme sont bien plus modestes. Mais loin d’être anodins pour les finances communales. Ainsi, en Haute-Savoie, Annecy, Chamonix et MorzineAvoriaz, qui trustent les trois premières places du classement, ont empoché 1,2 million d’euros (pour les deux premières) et 590 000 euros (pour la troisième).

En Savoie, ce sont Les Belleville, Tignes et Les Allues qui ont touché le plus d’argent. Respectivement 500 000, 410 000 et 320 000 euros. Rappelons que ce sont sur ces communes que l’on trouve, notamment, les stations de Val-Thorens, des Menuires ou encore de Méribel. Au total, ce sont 11,4 millions d’euros qui ont été versés aux villes et villages bénéficiaires dans les deux départements.

Ca ne matche pas avec la vieille ville d’Annecy

Il n’est toutefois pas certain que cette manne financière réjouisse les habitants des secteurs concernés. À Annecy par exemple, les habitants de la vieille ville sont – depuis plusieurs années déjà – vent debout contre Airbnb, qu’ils accusent de nuire à leur qualité de vie. Un combat également porté par les pouvoirs publics locaux et les parlementaires, pour qui la lutte contre la crise du logement dans le département passe par une meilleure régulation des meublés de tourisme.

(*) Elle a été perçue entre le 1er novembre 2022 et le 31 octobre 2023.

Article issu du Dauphiné Libéré

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant