Grimper à 4 000 mètres d’altitude pour sensibiliser au don d’organes: le pari fou de cette femme greffée du foie

Frédérique Gelas a réalisé l’ascension du Grand Paradis en Italie. Photo Le DL/Richard EFFANTIN
Frédérique Gelas a réalisé l’ascension du Grand Paradis en Italie. Photo Le DL/Richard EFFANTIN

Frédérique Gelas habite, avec sa famille, à Saint-Hilaire-du-Rosier. Maman de deux enfants, elle vit depuis 7 ans avec un foie greffé. À la naissance, cet organe s’est révélé défaillant et, elle a dû être opérée, à l’âge de 3 mois, d’une atrésie des voies biliaires. Cependant, à 32 ans, une dégradation de son état de santé a conduit les médecins à lui proposer une greffe du foie. Il a fallu attendre six mois pour que le CHU de Grenoble trouve l’organe compatible. Cette femme déterminée a su mobiliser toute son énergie afin de positiver cette intervention.

Aujourd’hui, elle a une vie familiale et professionnelle bien remplie, avec différentes activités dans le domaine du journalisme et de la communication. Elle a d’ailleurs été, durant plusieurs années, correspondante locale de presse du Dauphiné Libéré. Elle est également conseillère municipale dans la commune. Il y a quelques jours, elle a participé à une aventure humaine et sportive, menée tambour battant, à l’initiative de quatre médecins du CHU de Grenoble désireux de sensibiliser l’opinion à la nécessité de réfléchir au don d’organe : « Le don d’organe permet de sauver des malades de tous âges et de leur offrir par la suite une qualité de vie proche de la normale ».

« Passer un message fort »

Malheureusement, aujourd’hui encore, faute de greffons, trop de patients décèdent alors qu’ils sont sur liste d’attente. Cette équipe de soignants s’est entourée de guides de montagne et d’une équipe de tournage, afin de réaliser un court-métrage avec un groupe de transplantés composé de trois greffés rénaux et une donneuse, ainsi que Frédérique, greffée hépatique. L’équipe s’est lancée les 24 et 25 juin derniers dans l’ascension du Grand Paradis, sommet italien de 4 061 mètres.

Pour s’entraîner, Frédérique a pratiqué, durant un mois, la course à pied et le renforcement musculaire. L’ascension a été très dure, il lui a fallu dépasser ses limites physiques. À 4 010 mètres, prise par le mal de l’altitude avec des maux de tête et des nausées, elle a été obligée de regagner au plus vite la vallée. Et elle se souviendra de cette aventure qui lui a permis de faire de belles rencontres : «  L’ascension n’a pas été sans souffrance mais j’espère qu’elle permettra de faire passer un message fort : tous donneurs, tous receveurs », conclut-elle.

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant