Hiver prochain à Chamrousse : les navettes resteront-elles gratuites ?

À la question : les transports gratuits sont-ils la solution pour inciter les touristes à abandonner leur voiture ? La réponse est oui. Et à ce sujet, la commune de Chamrousse et le Syndicat des mobilités de l’aire grenobloise (Smmag) s’entendent parfaitement. Chacun a intérêt à réduire les émissions de carbone de ce territoire où la voiture reste prédominante.

Et encore plus à Chamrousse. Contrairement aux autres stations iséroises, elle n’est pas organisée autour d’un cœur de village mais de quatre pôles : Recoin à 1 650 m, Roche-Béranger à 1 750 m, Bachat-Bouloud à 1 700 m et l’Arselle à 1 600 m. « Ces dessertes internes permettent donc de réduire et fluidifier le trafic automobile et de décarboner les déplacements des salariés et des touristes », défend la maire Brigitte de Bernis.

La question, la seule, qui agite aujourd’hui les discussions entre Chamrousse et le Smmag, c’est la prise en charge financière de la gratuité de ces navettes. « Comment continue-t-on à les financer ? », avance Coralie Bourdelain, la vice-présidente des mobilités au Grésivaudan et qui siège au Smmag.

« Aucune autre station iséroise ne bénéficie aujourd’hui d’une telle prise en charge »

Pour le président du Smmag Sylvain Laval, « c’est à la commune de Chamrousse de la trouver ». Et cela avant la fin 2024, date butoir de la Délégation de service public (DSP). Ce qui entrait en 2016 dans le champ de compétence du Grésivaudan, ne l’est plus au sein du Smmag. Et très clairement pour le syndicat, les mobilités dites « touristiques » n’en font pas partie. « Aucune autre station iséroise ne bénéficie aujourd’hui d’une telle prise en charge », insiste Coralie Bourdelain. Disons que cet héritage singulier dénote à présent dans le cahier des charges du Smmag. Car depuis sa création en 2020, il s’est fixé des missions, et au nom du sacro-saint principe d’équité, cette gratuité ne répond pas à celle d’organiser des mobilités au service des territoires.

Le forfait de ski pour compenser ?

Le Smmag suggère à la commune de Chamrousse que cette gratuité soit prise en charge par le forfait de ski. Peut-être parce qu’il n’a pas échappé au syndicat que la saison 2023-2024 a été bonne [ + 20 % de chiffres d’affaires, grâce aux 541 000 journées skieurs vendues, NDLR]…

Mais quand on parle de gratuité, elle reste toute relative. La commune avance que si demain elle devait payer la facture, elle devrait budgéter au moins 450 000 € (*). Cette suggestion soulève une autre interrogation : la régie des remontées mécaniques serait-elle prête à augmenter le forfait de plus d’un 1,50 € la saison prochaine, quand en deux hivers il a progressé de 11 % ? Pas sûr.

Dans d’autres stations iséroises, comme aux Deux-Alpes, c’est la fiscalité locale qui subventionne les navettes gratuites.

(*) Les navettes estivales sont prises en charge par la commune (60 à 80 000 € selon la fréquentation). Leur coût est moindre car elles circulent toutes les heures (et non toutes les 20 minutes) et deux navettes suffisent (au lieu de quatre).

La mairie de Chamrousse n’exclut pas « de rendre la ligne payante »

En tous les cas, la question dérange voire agace. Sylvain Laval ne souhaite « pas polémiquer » et la trouve même « prématurée ». De son côté, Chamrousse entend poursuivre la réflexion avec le Smmag, et lui demande « au moins pour la saison prochaine de surseoir à cette décision ». Elle explique avoir « besoin de temps pour mettre en place une organisation, voire un financement alternatif ». Sauf que le Smmag estime l’avoir prévenue déjà de longue date. Reste que dans un courrier qu’elle lui a envoyé, Brigitte de Bernis considère que « le Smmag a vocation à organiser des dessertes touristiques car plusieurs lignes sont touristiques et saisonnières [vers le col de Porte par exemple, NDLR] ». Ce que réfute Sylvain Laval.

Alors que les discussions restent ouvertes, la mairie de Chamrousse n’exclut pas « de rendre la ligne payante », quand bien même cela semble difficilement applicable. On voit en effet mal des touristes en séjour dans la station accepter de payer une navette leur permettant de relier leur résidence aux remontées mécaniques…

Article issu du Dauphiné Libéré

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Nos tops stations
  • Avoriaz
  • Chamonix
  • Courchevel 1850
  • Flaine
  • Font-Romeu
  • L'Alpe d'Huez
  • La Bresse
  • La Plagne
  • Le Lioran
  • Les 2 Alpes
  • Les Menuires
  • Montgenèvre
  • Orcieres Merlette
  • Peyresourde
  • Risoul 1850
  • Saint-Lary-Soulan
  • Tignes Val Claret
  • Val Thorens
  • Villard-de-Lans
Les stations par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant