Il a couru un semi-marathon en chaussures de ski « pour faire rire les copains »

Courir 21 kms avec des chaussures de ski, un défi un peu givré. Photo collection Pierre Delacoux
Courir 21 kms avec des chaussures de ski, un défi un peu givré. Photo collection Pierre Delacoux

Qu’est ce qui a poussé Pierre Delacoux, jeune Vendéen de 23 ans amateur de ski depuis son plus jeune âge, à se présenter sur la ligne de départ du semi-marathon de Paris, dimanche 5 mars dernier… en chaussures de ski ? « Bonne question », se marre l’intéressé. « Ça fait plusieurs années que je me dis que ce serait sympa de courir avec des palmes ou des chaussures de ski. Dans l’inconscient collectif, c’est ce qu’il y a de plus inconfortable. Pas mal de coureurs le font déguisés, dimanche il y en avait costumés en sapin de Noël ou en Batman. » Pour le fun, il décide donc de tenter l’aventure, prenant exemple sur Colin Haylock, qui avait bouclé le marathon de Londres (42 km), le 22 avril 2018, en 5 h 52.

Trois entraînements, autant de blessures

Mais comment se prépare-t-on pour un tel défi ? « J’ai essayé de rendre les chaussures moins inconfortables, mais je n’ai pas vraiment réussi. » Depuis janvier, il avait fait trois essais… pas très encourageants. « La première fois, j’ai fait un kilomètre et j’ai fini avec les deux tibias en sang et trois semaines d’arrêt de sport. Pour la deuxième sortie, je me suis fait une élongation de l’adducteur droit. J’ai compris qu’il fallait courir en faisant trainer les pieds, avec de petits pas. La troisième fois, je me suis bloqué les cervicales, à cause des à-coups du plastique sur le béton qui résonnent dans tout le corps. »

Courir 21 kms avec des chaussures de ski, un défi un peu givré. Photo collection Pierre Delacoux
Courir 21 kms avec des chaussures de ski, un défi un peu givré. Photo collection Pierre Delacoux

 « Je sais bien que ce n’est pas super malin »

Malgré un entraînement maximum de trois kilomètres, Pierre a tout de même pris le départ du semi-marathon. Et là, ça s’est mieux passé. « J’ai terminé la course et je n’ai pas besoin d’aller chez le kiné. J’ai quelques douleurs, c’est clair, mais mon corps n’est pas du tout abimé. Je sais bien que ce n’est pas super malin comme défi, mais je l’ai fait pour faire rire les copains, sans prétention. Je comptais mettre en 2h30 et 2h40 et, à ma grande surprise, j’ai terminé en 2h02. C’est un temps pas dégueu », sourit l’intéressé, qui a terminé à la 29 424e place sur quelque 43 000 coureurs.

Des avis mitigés sur les réseaux sociaux

Alors, que garder de ce défi ?  De beaux souvenirs, malgré la galère. « Les gens étaient hyper encourageants, je n’ai eu que des retours positifs pendant la course, de la part des spectateurs ou coureurs qui m’ont pris en photo ou vidéo. Certains m’ont dit  : « Je me plaindrai plus quand j’irai au ski et que je dois marcher un peu avec les chaussures ».

Sur les réseaux sociaux, il a vu passer des avis plus mitigés, beaucoup d’internautes s’offusquant de ce défi un poil stupide. « Mais ça me fait rire. Je l’ai fait sans prétention et je n’ai pas l’intention de recommencer. En revanche, j’ai d’autres défis en tête, en voile ou en natation. » Sans chaussures de ski aux pieds, cette fois-ci.

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant