Le K2 en une journée : le projet fou de Benjamin Védrines

C’est Rodolphe Popier, expert de l’Himalayan base, qui le dit : le Drômois Benjamin Védrines, si attaché à ses racines de Châtillon-en-Diois, désormais basé à Serre Chevalier, a rehaussé de plusieurs crans le curseur de la vitesse à très haute altitude.

400 mètres de dénivelé en une heure !

Avant son ascension record du Broad Peak, à l’été 2022, les sprinters de 8000 ne dépassaient pas les 300 mètres de dénivelé à l’heure.

En avalant en 7 h 28, le géant pakistanais, avec premier vol en parapente à la clé, Védrines a mis la barre à 400 m/h. Mais l’homme qui traverse la Meije depuis la Grave (et retour) en 4 h 38 a avoué le 14 novembre dernier, en ouverture des Piolets d’or, son humilité quant aux subtilités de l’acclimatation, surtout quand, comme lui, on évolue dans le registre de la performance.

Le K2, le plus difficile des quatorze géants himalayens

L’alpiniste professionnel en a fait la fâcheuse expérience, quelques jours après le Broad Peak, lors d’une tentative express sur le K2 (8 611 m), où il perdait connaissance pendant deux heures, avant de s’échapper par les airs par miracle.

Une aventure qui ne l’a pas débarrassé de son rêve de gravir d’une traite du camp de base au sommet, le plus difficile des quatorze géants himalayens.

2023, années de tous les exploits pour Benjamin Védrines

2023 a été l’année de tous les exploits pour lui. Et ses films ont fait la tournée des festivals, retraçant son épopée himalayenne ( Edge of Reason ) ou son ouverture dans la face sud des Écrins, avec ses copains guides Nicolas Jean et Julien Cruvelier de Luze (L’or en Barre).

En marge des Piolets il nous a confié ses projets pour 2024. Et son objectif de conjurer le mauvais sort sur le K2. « Toujours sans oxygène, en partant à la journée depuis le camp de base avec l’idée de décoller au sommet. Comme au Broad Peak ».

« J’ai frôlé la mort sur cette montagne qui me fait rêver »

Védrines fera-t-il mieux que Benoît Chamoux, passé en dessous des 24 heures en 1986 ? Il le reconnaît : « J’ai frôlé la mort sur cette montagne qui me fait rêver ». Mais au fond le deuxième sommet le plus haut de la Terre, 8000 le plus difficile d’accès, est un prétexte pour lui.

« J’ai envie d’explorer l’endurance à très haute altitude, entre coaching mental, entraînement. Je suis animé par l’idée d’aller vite en montagne, pour la transposer sur des projets en style alpin plus techniques. Car là-haut moins on passe de temps, moins on s’expose. »

Article issu du Dauphiné Libéré

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant