Savoie Mont Blanc : les stations se préparent à accueillir les touristes avec ou sans neige

L’été a été bon dans les massifs savoyards et haut-savoyards, les stations d’altitude progressant sous l’effet de la canicule. Septembre devrait gagner 6 % de fréquentation. Mais dans ce monde, qui va d’une crise à l’autre, le ciel n’est jamais sans nuage. L’inflation pèse sur le panier du visiteur et c’est parti pour durer.

Pour l’hiver, les signaux sont bons. L’agence Savoie Mont Blanc qui promeut les 110 stations des départements savoyards, pesant 55 % de l’offre ski en France, faisait son lancement de saison à Paris le mardi 19 septembre. Et à en croire l’oracle de son observatoire, 3 Français sur 10 habitués de la montagne en hiver sont partants et 6 indécis. Comme l’an dernier. Les fidèles étrangers eux sont déjà plus motivés. Anglais, Belges et Hollandais sont cinq sur 10 à être sûrs de venir, quand les hésitants attendent la garantie or blanc. À Val Thorens, plus haut de front de neige d’Europe, le directeur de l’office de tourisme Vincent Lalanne, annonce des réservations en avance de 25 %, « des périodes déjà pleines » et des tour-opérateurs anglais impatients.

On sait que dans 30 ans on ne skiera plus pareil

Tout le monde n’a pas le privilège des hauteurs, telle Val d’Isère avec 60 % des pistes à plus de 2200 mètres. À La Clusaz, où Candide Thovex, le Mozart de la glisse free ouvre son store, bar-boutique qui casse les codes, ou à Praz-sur-Arly, qui a inauguré cette année un lac de baignade mutant l’hiver en retenue d’eau pour la neige de culture, on sait que dans 30 ans on ne skiera plus pareil. On s’y prépare.

Mais la moyenne montagne n’a pas le monopole des événements climatiques. Deux nouveaux équipements phares de l’hiver en sont le symbole. C’est à cause de la fonte de la mer de Glace à Chamonix, qu’une nouvelle télécabine sera inaugurée au Montenvers afin d’accéder au glacier, pour un usage touristique, piéton et le retour skieur de la vallée Blanche. À La Plagne, une nouvelle ère s’ouvre avec la télécabine des Glaciers qui remplace celle de Bellecôte vers un secteur moins soumis au dégel et aux éboulements.

En Savoie Mont Blanc on réfléchit au tourisme de demain

Aux Arcs, la station de Bourg-Saint-Maurice qui ambitionne la souveraineté énergétique avec un projet d’ombrière photovoltaïque, on s’affiche en destination responsable. D’ici 2030 le glacier de l’Aiguille rouge (3226 mètres), le toit du domaine, n’existera plus. On se prépare à la fin des pistes balisées là-haut. Place aux piétons et à un ski plus “nature”. L’heure n’est plus à l’extension, même si on relève de nouvelles pistes dans l’enveloppe aménagée. Face au Mont-Blanc, la petite Passy-Plaine Joux aura sa noire, sur le tracé d’un téléski démonté et remplacé par un télésiège. Et Val d’Isère crée un tracé ludique gypaète sur sa célèbre face de Bellevarde.

En Savoie Mont Blanc on réfléchit au tourisme de demain. « Il ne faut pas être négationniste devant les événements climatiques », admet Vincent Rolland, co-président de l’agence qui parle d’une évolution. « L’avenir reste axé autour du ski. Les vacanciers font le choix de la destination pour ça mais il faut que l’on trouve autre chose, qu’il y ait ou pas de la neige. » Les activités les plus pratiquées restent le ski alpin, à 64 % et même 75 % si l’on y associe le snowboard, mais un visiteur sur deux est adepte de promenade et un sur quatre de raquette. D’autres activités contemplatives arrivent : Val Thorens équipe son sommet de la cime Caron d’un pas dans le vide, les Gets inaugure à son tour une luge sur rail

La question du budget sera cruciale. Dans un contexte où les prix des forfaits, crise énergétique oblige, connaissent une hausse moyenne de 10 %, certaines se distinguent. Val Cenis, en haute Maurienne, était déjà pionnière sur la tarification dynamique, le prix variant selon la demande, et devient la première à proposer une « garantie météo », remboursant, sous condition, le client en cas de mauvais temps. Dans le pays d’Evian (Thollon-les-Mémises, Abondance, Bernex), on se targue du forfait saison le moins cher : 270 euros. Et les moins de 8 ans skieront gratis dans le Grand Massif (Samoëns, Flaine). Voilà les stations parées pour cet hiver. Et les suivants. Coup d’envoi, le week-end du 25 au 26 novembre, à Val Thorens et Tignes, où le public ne skiera pas sur le glacier à Toussaint.

Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Nos tops stations
  • Avoriaz
  • Chamonix
  • Courchevel 1850
  • Flaine
  • Font-Romeu
  • L'Alpe d'Huez
  • La Bresse
  • La Plagne
  • Le Lioran
  • Les 2 Alpes
  • Les Menuires
  • Montgenèvre
  • Orcieres Merlette
  • Peyresourde
  • Risoul 1850
  • Saint-Lary-Soulan
  • Tignes Val Claret
  • Val Thorens
  • Villard-de-Lans
Les stations par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant