En famille : marchez sur l’eau en traversant le lac des Vaches

Le lac des Vaches est un des joyaux du parc national de la Vanoise. Découvrez-le en famille ce printemps ou cet été. Il est accessible en dehors des périodes d’enneigement et en fonction des conditions climatiques. Avant de prévoir votre sortie, il vaut mieux vous renseigner auprès de l’office de tourisme (04 79 08 79 08).

Qui n’a jamais rêvé de marcher sur l’eau ? Aujourd’hui, on vous propose un saut dans le Parc national de la Vanoise. Et plus précisément au lac des Vaches, à 2 318 mètres d’altitude. Accéder à ce petit coin de paradis, ça se mérite. Première étape : se rendre au parking des Fontanettes, sur les hauteurs de Pralognan-la-Vanoise (comptez 5 minutes de voiture depuis le centre du village).

Les infos pratiques
  • Randonnée sans difficulté majeure.
  • Durée : deux heures entre le parking des Fontanettes et le lac des Vaches.
  • Dénivelé : environ 700 mètres.
  • Interdit aux animaux et aux VTT (sauf dérogation sur certains secteurs).

Deux heures de marche, à allure modérée, sont ensuite au programme des randonneurs sur l’itinéraire du GR 55. Pour les moins sportifs, une autre option est possible : utiliser le télésiège (payant) du Génépi, qui permet d’accéder au refuge des Barmettes.

Dès les premiers hectomètres, assez pentus en lisière de forêt, les premières vaches apparaissent en train de paître paisiblement. En plein repas, pas question de les déranger. Une petite caresse à Marguerite et on poursuit notre route en bordure de la piste de ski. Affûtez vos mollets car ça continue de monter et la chaleur des journées estivales fait suer à grosses gouttes. Mais l’effort sera vite récompensé.

Les marmottes vous observent en sifflant

Porte d’entrée dans le parc national de la Vanoise, le refuge des Barmettes, entièrement en pierre, offre une première halte salvatrice à 2 000 mètres. Après un rapide ravitaillement à une fontaine d’eau, la balade se poursuit pendant une bonne heure dans un décor des plus somptueux. Tout d’abord en empruntant un chemin, relativement plat, bordé de murets en pierres sèches. Ce sont les vestiges de la route du sel et des fromages. Ouvrez bien l’œil et les oreilles : des marmottes vous observent en sifflant.

Le panorama est à couper le souffle : une cascade sur la droite, une flore colorée, des ruisseaux et les plus beaux sommets de la Vanoise comme décor de carte postale. Avec notamment l’Aiguille de la Vanoise (dont l’ascension est réservée aux meilleurs grimpeurs), et en fond la Grande Casse, le plus haut sommet de Savoie, culminant à près de 4 000 mètres, avec sa longue langue glacière.

Traversez le lac par son emblématique chemin de pierres plates

Encore quelques minutes de montée plutôt raide et le lac des Vaches s’offre à la vue des visiteurs. Posé ici, comme hors du temps, à 2 318 mètres d’altitude, avec son emblématique chemin de pierres plates si caractéristique. Mais cette fois-ci, pas de vaches à l’horizon. Dommage pour la photo ! Peu importe, le paysage est grandiose. À nos côtés, l’imposant aileron minéral de l’Aiguille de la Vanoise est encore plus impressionnant. Évidemment, impossible de repartir sans traverser cette étendue d’eau qui nous tend les bras. Un lac, alimenté par le glacier de la Grande Casse, mais en partie asséché par les alluvions et boues argileuses qui le comblent.

Pour les plus courageux, l’itinéraire peut se poursuivre vers le col de la Vanoise et son refuge à 2 517 mètres d’altitude. L’occasion de découvrir une succession d’autres lacs de montagne comme le lac Long, le lac des Assiettes, le lac Rond ou encore le lac du col de la Vanoise. Cette randonnée et son lac, vous l’aurez compris, on vous les conseille : ils sont vachement bien !

La route du sel et des fromages

Parcouru depuis toujours, le col de la Vanoise est l’un des itinéraires les plus anciennement fréquentés du massif. Dès l’âge de bronze, il était un point de jonction entre la Haute Maurienne et la Tarentaise. À partir du VIIIe siècle, le col est utilisé comme voie de liaison et de commerce entre Chambéry et Turin, les capitales du Duché de Savoie. Entre les XVIIe et XIXe siècles, les transports de sel et de fromages représentaient la grande majorité des échanges commerciaux. Le Duché exportait du sel des salines royales de Moûtiers et en importait d’Aigues-Mortes et Gênes. Les muletiers transitaient par cette voie pour acheminer le sel et les meules de Beaufort, mais aussi du bétail, du miel, des épices ou encore des étoffes. Des chemins de pierre et de dalles avaient alors été construits pour faciliter le passage des marchands et leurs mules.

Une circulation qui s’est arrêtée avec l’ouverture des routes de basses vallées et la fin du commerce du sel au XIXe siècle. Notamment à la suite de la fermeture des salines en 1860, lors du rattachement de la Savoie à la France.

En lien avec le Parc national de la Vanoise et les communes concernées, cette route du sel et des fromages a été entièrement rénovée, il y a plusieurs années. Cet ancien chemin muletier est aujourd’hui un sentier de randonnée emblématique du patrimoine savoyard.

Article issu du Dauphiné Libéré

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Nos tops stations
  • Avoriaz
  • Chamonix
  • Courchevel 1850
  • Flaine
  • Font-Romeu
  • L'Alpe d'Huez
  • La Bresse
  • La Plagne
  • Le Lioran
  • Les 2 Alpes
  • Les Menuires
  • Montgenèvre
  • Orcieres Merlette
  • Peyresourde
  • Risoul 1850
  • Saint-Lary-Soulan
  • Tignes Val Claret
  • Val Thorens
  • Villard-de-Lans
Les stations par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant