Les bienfaits de la montagne sur votre santé

« On a aujourd’hui toutes les études nécessaires pour montrer que le système immunitaire est boosté par un séjour en montagne. » C’est le propos de Michel Cymes, célèbre docteur et animateur de télé et de radio, interrogé dans le cadre de l’étude commandée par Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme, et menée par l’agence SPRIM (spécialisée dans la veille scientifique et médicale). Cet examen se base sur 150 études et ouvrages sur le sujet et ses conclusions sont limpides : l’environnement d’altitude est bénéfique pour le corps humain à travers la production de globule rouges, la présence d’un air plus pur, comme pour son esprit : diminution du stress, repos de l’esprit.

Michel Cymes. Photo Le DL/Thierry Guillot
Michel Cymes. Photo Le DL/Thierry Guillot

Les bienfaits passifs de la montagne

Lorsque l’on « va à la montagne » cela induit naturellement la notion de vacances, de repos. Celui-ci amène, à priori, à une diminution du stress engendré par le travail pour la plupart des gens, et pour beaucoup d’autres à cause de la ville, son rythme, sa pollution et ses bruits. Ainsi, le premier bienfait donné par le séjour en montagne a trait à la diminution du stress grâce au silence, plus présent en nature. Il permet le repos mental et cognitif.

Michel Cymès appuie : « On sait que le stress est très mauvais pour la santé en général et pour le système immunitaire en particulier. » Et, quoi de mieux qu’une balade en forêt pour décompresser ? D’autant plus que l’air qu’on y respire y est meilleur grâce au microbiote forestier qui est plus diversifié, nous dit le rapport. Il permet le renfort de système immunitaire, la réduction de la tension artérielle, de l’anxiété, du stress et de la fatigue de manière générale.

L’altitude a de nombreux bienfaits sur le corps. La raréfaction de l’oxygène est un dopant naturel, il s’agit là du phénomène de l’hypoxie. Elle permet une meilleure circulation sanguine et prévient l’hypertension. Elle amène également un effet ‘’coupe-faim’’ et, un autre, ‘’bruleur de calories’’ en accélérant le métabolisme. Ce dernier étant également entraîné par le froid.

On peut ajouter à cela que l’air de la montagne est moins pollué, ce qui permet une meilleure respiration et un apaisement de l’asthme lié à la mauvaise qualité de celui respiré en ville. Aussi, en hiver particulièrement, la présence de la neige et d’un ensoleillement plus important amène plus de lumière au corps qu’en temps normal. Votre cerveau produit alors plus de mélatonine (hormone du sommeil) et de dopamine (hormone de l’humeur), qui sont nécessaires à la régulation constante de notre horloge interne. Aux bienfaits de la luminosité s’ajoute aussi une meilleure synthétisation de la vitamine D.

Les bénéfices de l’activité physique en altitude

Déjà, en temps normal et à basse altitude, l’activité physique est essentielle à une bonne santé. Ce phénomène est démultiplié en montagne. L’effort physique en montagne, avec moins d’oxygène, augmente la production de globules rouges. Cette production a pour effet de doper naturellement notre organisme, dans l’instantané mais aussi à moyen terme une fois redescendu au niveau de la mer. C’est pour cela que les sportifs de nombreuses disciplines vont faire leurs stages de préparation aux grandes compétitions en montagne. Si vous passez des vacances actives, voire sportives, en montagne vous constaterez en redescendant plus près du niveau de la mer que vous serez en forme olympique, naturellement dopé.

De cette façon, l’étude dit que l’activité en montagne est particulièrement bénéfique pour notre corps et en donne des exemples :

– La pratique régulière du ski alpin contribuerait à un vieillissement en bonne santé.

– Le ski de fond fait travailler l’endurance et la capacité cardio-respiratoire en plus d’être une activité qui sollicite l’ensemble des muscles du corps, y compris les muscles profonds.

– La randonnée en raquettes, moins traumatisante pour les articulations, brûle deux fois plus de calories que la randonnée classique (500 kca/h), en plus de l’amélioration du sentiment de bien-être inhérent à la pratique d’une activité physique.

– La randonnée classique a ses propres vertus en montagne aussi car elle diversifie le schéma de marche et travaille l’équilibre, plus que lorsque l’on marche sur des chemins avec très peu de dénivelé.

– Les bains froids, en été généralement, permettent une meilleure récupération musculaire en accélérant le métabolisme et en limitant l’activité cellulaire et l’afflux sanguin.

Photo Le DL/Benoît Lagneux
Photo Le DL/Benoît Lagneux

Enfin, au-delà des bienfaits apportés par la montagne elle-même, son altitude, son ensoleillement, son écosystème etc., c’est le bien l’activité et le rythme dans lequel s’engagent les vacanciers qui est lui-même bénéfique pour la santé. Des vacances actives sont idéales pour le repos et la diminution du stress en plus du fait qu’une activité physique, peu importe dans quel environnement elle a lieu, sera toujours bonne pour votre santé. « La sédentarité, c’est la 4e cause de mortalité, la première cause de mortalité évitable », rappelle Michel Cymès.

Les vertus du phénoème d'hypoxie

En altitude il y a moins de pression en oxygène dans l’air, celui-ci est donc plus rare. L’organisme doit donc s’adapte au manque entraîné par cette raréfaction, cela amène le phénomène d’hypoxie.

L’hypoxie a de nombreuses vertus pour notre organisme :

- La création de nouvelles voies sanguines. Elle permet une meilleure circulation du sang et une diminution de la pression artérielle.

- L’absence d’oxygène en grande quantité. Elle fait s’accélérer la cadence de respiration entraîne une production plus importante de globules rouges dans le sang pour mieux distribuer l’oxygène dans le corps, dans la masse musculaire notamment.

- La production de norépinephrine, également connue sous le nom de noradrénaline. Elle dilate les voies respiratoires et facilite la respiration en plus d’augmenter le tonus du système nerveux parasympathique. Ce dernier phénomène entrainant alors la modification du flux sanguin intestinal et donc la diminution de l’appétit.

- Le métabolisme est accéléré, le corps brûle plus de calorie à effort égal

- La production de leptine, hormone de la satiété, augmente.

- La production de grhéline, hormone qui stimule la faim, est réduite.

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant