Megève : entre histoire d’amour avec les chevaux et tradition des balades en calèche

L’histoire d’amour entre Megève et le cheval ne date pas d’hier. En plus du Grand Prix de saut d’obstacle qui se tient chaque été dans la station, une longue tradition équestre fait partie du patrimoine local. Cela explique que l’on retrouve une vingtaine de calèches, tous les jours de l’hiver, sur la place du village, sous le grand sapin, pour proposer des balades originales aux touristes. On peut même déguster une fondue au rythme du pas du cheval.

>>> A Megève, « il y a une vrai vie de village »

Les chevaux mégevans ont l'habitude de promenades dans le village. Photo Simon Garnier / OT Megève
Les chevaux mégevans ont l'habitude de promenades dans le village. Photo Simon Garnier / OT Megève

Derrière chaque cocher, un agriculteur

Mais plus qu’une attraction touristique, il s’agit d’un véritable patrimoine agricole et derrière chaque cocher se cache un agriculteur, qui prend soin de ses équidés, souvent depuis plusieurs générations. C’est le cas de Florian Duvillard, qui représente la 7e génération d’éleveur dans la famille. Co-gérant de l’entreprise Le Cheval de Feug, il propose lui aussi des promenades dans les rues de Megève et autour. « Il y a un dicton ici qui disait qu’il valait mieux être jument à Megève que femme à Passy », sourit-il. « Parce qu’ici on a toujours bien soigné les chevaux et qu’à Passy, les femmes devaient travailler dans les vergers. »

En hiver, Megève se pare de son manteau blanc. Photo Aallard / OT Megève
En hiver, Megève se pare de son manteau blanc. Photo Aallard / OT Megève

Une race spécifique au village

Naguère, les calèches mégevannes servaient à monter les visiteurs jusqu’à leur logement, où même au sommet des pistes. Il y avait alors une quarantaine d’attelages actifs. Cette histoire, qu’on retrouve dans d’autres stations mais dans des proportions bien moindres, a donné naissance à une race particulière : le cheval de Megève. « Il s’agit d’un mélange entre un Franche-Montagne, une race venue de Suisse, et un cheval Comtois », explique l’éleveur. « C’est la reconstitution du cheval qu’on avait d’antan, un cheval mi-trait qui devait être à la fois costaud et endurant, puisque c’était le tracteur , mais aussi la voiture de la famille. »

>>> Quand les rennes de Laponie tiraient les traineaux à Avoriaz

A Megève, la tradition équestre se couple à celle du ski. Photo Simon Garnier / OT Megève
A Megève, la tradition équestre se couple à celle du ski. Photo Simon Garnier / OT Megève

Et aujourd’hui, des calèches électriques !

Aujourd’hui, en plus des petits crampons placés sous les fers pour éviter les glissades, certains pensionnaires du Cheval de Feug ont même la chance de tracter des calèches électriques ! « C’est comme un vélo : on peut aller plus loin, proposer des circuits plus sympa et faciliter le travail du cheval. » Tous les indépendants de la station, regroupés au sein de l’association Les Traîneaux de Megève, attendent les visiteurs tout l’hiver, sur la place du village. L’occasion d’une jolie promenade, et d’une plongée originale dans l’histoire mégevanne.

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant