Ces moments qui ont marqué les 20 ans d’histoire de Paradiski

« Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, Les Arcs en ce temps-là… » Charles Aznavour aurait pu décrire l’histoire d’amour qui lie depuis 2003, les domaines skiables des Arcs et de la Plagne, ainsi que la station de Peisey-Vallandry, réunis sous le nom de “Paradiski”.

Grand défi, gros investissement

Une noce de porcelaine qui caractérise une union solidifiée avec les années. « Nous n’avons presque pas pris une ride », ont lancé les initiateurs du projet, à la cérémonie anniversaire mercredi 20 décembre à la gare du téléphérique de la Vanoise Express. L’équipement qui relie Peisey-Vallandry à Bellentre sur 1 824 mètres de longueur, inauguré en 2004, a repoussé les limites de l’impossible. « C’était un grand challenge technique de relier les deux domaines d’une traite. Avec mes cinq ingénieurs, on a fait en sorte que les deux cabines fonctionnent en va ou vient, pour qu’elles ne soient pas dépendantes l’une de l’autre », confie Christian Bouvier, l’ancien directeur commercial de l’opérateur du transport par câble. Coût total de l’opération : 18 millions d’euros.

Dépassement de fonction pour les cabines

Les cabines se sont transformées par le passé, en salle de restaurant , leur toit en terrain de jeu pour un vététiste belge et ses câbles comme un fil d’équilibristes. Mercredi 20 décembre, c’était au tour d’une performeuse de danser sur les pylônes à 1 548 mètres d’altitude. Au-delà de l’aspect technique de l’ouvrage, l’événement a été placé sous le signe des retrouvailles et du partage.

GG Thierry Guillot. Le 16 decembre 2013. Pesey Valandry. Les 10 ans du telepherique Vanoise Express . Deux highliners celebrent l'evenement a 380 m au dessus du vide sur une sangle du 60m eattachee sur les deux cabines..JPG
GG Thierry Guillot. Le 16 decembre 2013. Pesey Valandry. Les 10 ans du telepherique Vanoise Express . Deux highliners celebrent l'evenement a 380 m au dessus du vide sur une sangle du 60m eattachee sur les deux cabines..JPG

L’art en montagne, une métaphore d’un travail collectif

Le land artiste français Saype, missionné pour le vingtième anniversaire, a lui aussi relevé un défi : réaliser deux fresques éphémères sous -17 degrés. À travers son œuvre nommée “Encordés”, il dépeint des enfants dans une montagne « à la fois majestueuse et hostile ». Un parallèle avec Paradiski sur la confiance envers l’autre et la nécessité du travail d’équipe. « En plus de la technologie, je retiens surtout que l’on a créé des liens très fort entre nous et avec les constructeurs. Les deux stations, à l’époque concurrentes, ont travaillé main dans la main sur un projet qui a doublé le domaine avec un seul appareil », souligne ému, Pierre Gonthier, ex-directeur général de La Plagne.

« La réussite de cette initiative, que beaucoup à l’époque pensait impossible, me nourrit en partie pour de nouveaux projets », glisse David Ponsot de la Compagnie des Alpes. Les jeunes successeurs reprennent le flambeau de cet enfant, de cet héritage, qui n’attend qu’à être développé.

Article issu du Dauphiné Libéré

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant