Ces stations qui séduisent les étrangers : dans l’Oisans, « ils font la différence »

La clientèle étrangère aime les stations de ski françaises et inversement. Elle représente 50 % du chiffre d’affaires aux Deux Alpes et 45 % à l’Alpe d’Huez. Une tendance avant-Covid « qui tend vers un retour à la normale », confirme Antony Guzman, directeur commercial et marketing de Sata group, qui exploite les remontées mécaniques des deux stations.

Les Européens sont les plus présents tout au long de la saison, « mais ils nous aident surtout sur les mois les plus creux et hors vacances scolaires ». Dans les stations de l’Oisans, les ressortissants du Royaume-Uni sont les plus nombreux suivis par ceux du Benelux, de l’Italie (essentiellement aux Deux Alpes) et de l’Espagne. Cette année, la Scandinavie, avec une forte prédominance du Danemark, est en train de revenir en force. Enfin, « les pays de l’Est jouent aussi un rôle. Ce ne sont pas forcément des gros volumes mais ils ont leur importance », poursuit-il.

Alors que les vacances scolaires battaient leur plein en février dernier, « à l’Alpe d’Huez, on observe en plus une forte présence des Suisses qu’on n’attendait pas », complète François Badjily, directeur de l’office de tourisme. Le manque de neige chez eux en début de saison et un franc suisse fort les ont conduits en 2 h 30 à découvrir les pistes de l’île au Soleil.

Israël, Brésil, Amérique du Nord… des marchés en progression

Cette proportion conséquente de skieurs étrangers « fait la différence entre des stations qui marchent bien et celles qui marchent très très bien », résume M. Badjily. Entre celles qui ne font le plein que pendant les vacances et les week-ends et celles fréquentées tout au long de l’hiver.

De la promotion à la commercialisation, les efforts combinés visent cet objectif. « On met l’accent sur les marchés de proximité, cette clientèle qui voyage de partout en Europe et vient skier chez nous », poursuit M. Guzman. De Tomorrowland avec ses 18 000 festivaliers (110 nationalités) à l’Alpe d’Huez en passant par le Rise festival aux Deux Alpes qui réunit 6 000 Anglais, nombre d’évènements participent à la notoriété des stations mais pas seulement. « Cela permet un renouvellement de la clientèle et assure l’avenir de la pratique du ski ».

D’autres marchés internationaux sont en progression comme Israël, le Brésil mais aussi l’Amérique du Nord. Après avoir reçu une délégation canadienne l’an dernier, les premiers séjours aux Deux Alpes sont programmés dès le 8 mars. S’ils ne manquent pas de stations renommées chez eux, « le forfait français est beaucoup plus attractif » si on le compare au prix à la journée de 149 dollars à Aspen (USA). La clientèle étrangère apprécie ensuite « nos domaines bien équipés en infrastructures et bien damés ». Cerise sur le gâteau, « elle goûte à notre art de vivre à la française ».

Article issu du Dauphiné Libéré

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant