Découvrez le quotidien de Théo, 23 ans et accompagnateur en montagne

Lorsque l’on décide de partir en randonnée, deux solutions s’offrent à nous : y aller par ses propres moyens, ou bien faire appel à un accompagnateur en moyenne montagne. Titulaire d’un diplôme d’État, Théo Allemoz se réjouit d’exercer son métier à cette période l’année : « C’est ma plus grosse saison. » Le jeune homme originaire de Feissons-sur-Isère, exerce toute l’année et voit son activité s’intensifier avec l’arrivée des touristes sportifs et/ou simple promeneurs du dimanche.Rattaché à la Compagnie des guides et accompagnateurs de la Vanoise, Théo Allemoz travaille, comme ses collègues, « 6 jours sur sept, de mi-juin à mi-septembre. »

Un emploi du temps dense, qui s’équilibre selon les parcours de randonnées choisis par la clientèle, et qui offre des journées différentes les unes des autres. « Je peux avoir une seule randonnée à la journée, ou deux voire trois selon les réservations », explique-t-il. « Cela va dépendre du profil du parcours et de l’heure de départ, puisque l’on organise aussi des sorties nocturnes. »

Comme d’autres, la profession d’accompagnateur en moyenne montagne, est touchée par la crise inflationniste. Entièrement dépendante de la clientèle, la baisse du pouvoir d’achat des Français affecte leur travail.

Pour autant, Théo Allemoz rappelle l’importance de son métier : « Si la clientèle n’a pas les moyens alors elle s’aventure seule en randonnée, car c’est avant tout une activité gratuite. Mais cela implique que les risques liés à la montagne soient moins pris en compte. »

Photo Adobe Stock
Photo Adobe Stock

En comparaison avec les étés post-Covid, le territoire « a reçu un peu moins de monde »

En comparaison avec les étés post-Covid, le territoire « a reçu un peu moins de monde » sur cette saison 2023. Un recul qui n’empêche pas le jeune homme de 23 ans de gagner « entre trois et quatre mille euros brut par mois l’été. »

Ainsi, la prospérité de la profession en période estivale semble se renforcer. « Notre métier a une vraie utilité pour nos communes, nos clients, nos écoles (dans le cadre de sorties pédagogiques) et même nos territoires », admet le jeune accompagnateur.

Sans concurrence l’été, comparé à l’hiver et à la pratique des sports de glisse ou de raquettes, le métier se diversifie dans son approche de l’environnement. Outre le cadre sportif, la randonnée atteste de perspectives historiques, culturelles, et écologiques. Des éléments importants pour le client, qui n’a plus à se soucier de l’itinéraire ou de la météo, mais juste à apprécier le cadre naturel qu’il arpente guidé par un expert des lieux.

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant