Serre-Chevalier « va tendre vers les 50 % d’autosuffisance renouvelable »

Le damage est le poste qui produit le plus d’émissions de carbone sur un domaine skiable. Qu’attendez-vous de la dameuse électrique sur votre domaine ?

Patrick Arnaud  : « Toutes nos dameuses roulent déjà au HVO, on réduit ainsi nos émissions de gaz à effet de serre (GES) de 80 %. C’est un gros geste mais ce n’est pas suffisant. Le premier modèle de pré-série de la dameuse électrique est en effet livré cet hiver. Elle a pour l’instant 5 heures d’autonomie et on est en train d’installer un chargeur ultra puissant de 150 kW. Au-delà, on travaille sur l’utilisation de damage et on commence à adapter la largeur de nos pistes en cours de saison en fonction de la fréquentation. En fait, tout est lié. Quand vous produisez moins de neige de culture, vous avez moins de neige à damer. Il s’agit de faire aussi bien avec moins. C’est un savoir-faire que l’on est en train d’acquérir. » A lire aussiLe Swincar e-Spider, l’engin électrique passe-partout La première dameuse électrique française s’installe dans les Alpes Pour la Compagnie des Alpes, « la première des transitions est électrique »

Avec la mise en route d’une deuxième turbine, en juin dernier, Serre Chevalier produit 30 % de ses besoins en électricité à partir d’énergies renouvelables. Dont l’hydraulique sur laquelle vous avez beaucoup misé. Pourquoi ?

« L’hydraulique représente 90 % de notre production. C’est la meilleure façon de produire de l’énergie et c’est une bonne nouvelle car en montagne, il y a de l’eau, de la pente et les canalisations déjà existantes pour faire de la neige de culture. On démontre que toutes les stations peuvent assez facilement mettre en place des centrales hydrauliques et produire beaucoup. Le solaire ne représente que 9 % de tout ce que l’on produit parce que nous n’avons pas mis de fermes solaires, mais tous les bâtiments et toitures sont équipés de panneaux. Et c’est très efficace. Il y a un modèle économique, il n’y a donc pas de raison de ne pas le faire. Le solaire marche mieux en montagne qu’ailleurs car l’été est moins chaud, l’hiver il fait souvent très beau et la réverbération du soleil sur la neige augmente la production. Enfin, nous avons deux éoliennes, pas plus hautes qu’un pylône de télésiège. On n’a pas choisi d’en mettre plus car ce n’est pas ce qui produit le plus ni ce qui est le moins cher à l’installation. » Le coût de l’électricité reste élevé.

La première dameuse électrique française, fabriquée par la PME iséroise CM Dupon en collabration avec la Compagnie des Alpes, arrive sur le domaine de Serre Chevalier cet hiver. Photo CDA
La première dameuse électrique française, fabriquée par la PME iséroise CM Dupon en collabration avec la Compagnie des Alpes, arrive sur le domaine de Serre Chevalier cet hiver. Photo CDA

Votre ambition d’atteindre les 50 % d’autosuffisance paraît-elle plus réaliste que jamais ?

« Oui. Pour atteindre les 30 %, il fallait agir sur notre consommation or, on l’a baissée de 20 % : on est passé de 15 gigawattheures (GWh) à 12,8 l’année dernière. Maintenant que l’on a équipé le domaine skiable, on pourra difficilement produire plus sur notre périmètre. On va tendre vers les 50 % et c’est dans l’utilisation des matières premières que l’on va réaliser de gros progrès. On a sensibilisé nos collaborateurs, installé des compteurs, acheté un drone et on travaille avec la start-up Elda pour modéliser la production de neige où on peut réaliser des gains. La neige, c’est de l’eau et on a aussi baissé notre consommation d’eau de 20 %. C’est bien car lorsque l’on fait moins de neige, on consomme aussi moins d’électricité. On a vraiment une démarche globale en travaillant sur l’ensemble des ressources. »

Article issu du Dauphiné Libéré

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant