Descendre une piste à 70 km/h en bolide ? C’est possible à Serre Chevalier

Il y a la version « pépère », à 30-35 km/heure pour les plus timorés. Et puis il y a la version « tête brûlée » à 60-65… voire 70km/h pour les plus déjantées. À Serre Chevalier, station des doux et des dingues, le Mountain Kart se pratique à vitesse désirée. Chacun son rythme. Chacun son plaisir. Et le plaisir, il commence dès la montée. Tout démarre par une ascension en télécabine depuis Chantemerle jusqu’au plateau de Ratier à 1900 mètres d’altitude. Puis se poursuit via l’historique téléphérique de Serre Chevalier (construit en 1941) qui grimpe jusqu’en haut du Grand Serre à 2491 mètres d’altitude. Là, une première pause s’impose. Les sommets mythiques des Écrins d’un côté, le massif des Cerces de l’autre. Avec, par jour de grand beau, la possibilité de voir au loin (vraiment tout au loin) le majestueux mont Blanc.

C’est aussi l’occasion de découvrir l’activité tyrolienne qui s’élance au même endroit que le Mountain Kart. À la sortie de la gare d’arrivée du téléphérique, sur la droite, du personnel d’exploitation de l’opérateur SCV Domaine Skiable est à la disposition des clients pour présenter l’activité Moutain Kart. Il est d’ailleurs possible d’acheter un “ pass” directement sur place en fonction des disponibilités. Mais le mieux reste de prendre son ticket aux caisses du front de neige pour être sûr que l’activité n’affiche pas complet.

Gare aux dérapages… et aux têtes à queue

Une fois équipé de charlotte (pour l’hygiène) et de casque (pour la sécurité), un petit briefing technique commence : les “karts”, qui sont en fait des tricycles sans moteur ni pédale, sont équipés de deux freins à disque reliés aux deux roues arrière. Deux grosses roues avec des pneus en caoutchouc qui permettent une certaine adhérence… à vitesse réduite. Lorsque la vitesse augmente, le risque de dérapage augmente aussi. Et les possibilités de têtes à queue s’invitent dans la descente. Mollo donc sur la poignée de frein, il faut y aller piano piano pour éviter les embardées. Le parcours s’élance de la piste bleue des Vallons jusqu’au col de la Ricelle, sous le Rocher Blanc. Une piste large, damée, qui permet de se familiariser avec la machine. À cet endroit-là, pas d’excès de vitesse possible (ni souhaité) car il faut partager la piste avec les skieurs. Prudence, donc. Une fois le premier lacet passé, un couloir spécifiquement réservé au Mountain Kart a été balisé. C’est là qu’il faut s’élancer à toute berzingue dans la pente, assurer la bonne trajectoire et avaler les woops jusqu’au pied du télésiège du Grand Serre. Assis dans un siège baquet au ras du sol, l’expérience est grisante. Amusante.

Un divertissement à partager en famille ou entre amis. Histoire que la descente soit encore plus fun.

Article issu du Dauphiné Libéré

Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Nos tops stations
  • Avoriaz
  • Chamonix
  • Courchevel 1850
  • Flaine
  • Font-Romeu
  • L'Alpe d'Huez
  • La Bresse
  • La Plagne
  • Le Lioran
  • Les 2 Alpes
  • Les Menuires
  • Montgenèvre
  • Orcieres Merlette
  • Peyresourde
  • Risoul 1850
  • Saint-Lary-Soulan
  • Tignes Val Claret
  • Val Thorens
  • Villard-de-Lans
Les stations par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant