Kévin Mayer : « Risoul, c’est là où j’ai fait mes premiers backflips »

Depuis quand skiez-vous sur les pistes de Risoul ?

C’est très, très ancien. Mon père m’a mis sur les skis quand j’avais un an (rires). Il est moniteur de ski à l’ESF de Risoul, mon grand frère est également moniteur et ils ont vécu là-bas pendant un moment. Depuis que je suis venu au monde, toutes les vacances d’hiver on les a passées à Risoul, 15 jours à Noël et 15 jours en février. Je ne suis pratiquement pas allé skier ailleurs que sur le domaine de la Forêt Blanche.

Quels sont vos souvenirs d’enfance lié à la montagne ?

J’ai passé mes étoiles, mais j’étais plutôt attiré par la poudreuse donc je suis vite allé par-là. Risoul, c’est là où j’ai fait mes premiers backflips et mes premiers 720 quand on allait construire des bosses sur le chemin de Vars. Je me souviens de sorties en hors-piste avec mon père, qui était allé reconnaitre le terrain avant pour vérifier qu’il n’y avait pas de risque d’avalanche. Encore aujourd’hui, quand je me promène dans Risoul, j’ai tous ces souvenirs de vacances de Noël. J’ai un feeling avec ce petit village et c’est vraiment cool d’y retourner.

Et aujourd’hui, quel est votre journée parfaite sur les skis ?

Le ski que je fais aujourd’hui, ce n’est pas le ski que j’aimerais faire. Je fais un petit ski de piste tranquille pour accompagner mes amis, je ne m’octroie pas trop de saut ni de hors-piste. Pour ça, j’ai un peu hâte d’être à la fin de ma carrière. Mais c’est quand même super de pouvoir en profiter et de le partager avec des amis qui viennent découvrir le coin. Ma journée parfaite, c’est de commencer par la piste de l’Olympique puis de faire toute une boucle sur l’ensemble du domaine. Je passe ensuite à Vars et je prends un petit café mais je ne mange pas sur les pistes à midi, pour profiter de ce moment où il y a moins de monde. Ensuite, je vais du côté des Chardons, un secteur incroyable quand il y a beaucoup de neige et on revient à Risoul pour finir par le secteur de l’Homme de Pierre. Le domaine, je le connais par cœur !

Photo OT Risoul by Manu Molle
Photo OT Risoul by Manu Molle

Avez-vous pratiqué la compétition quand vous étiez plus jeune ?

Mon grand frère, Seb Mayer, a eu un très gros niveau en hors-piste, mais moi j’étais plus tourné vers le tennis. J’ai quand même passé des flèches, j’ai fait de bons chronos et je pense que j’aurais pu être pas mal, mais ce n’était pas mon objectif dans ce domaine-là. J’ai toujours préféré la poudreuse, cette sensation de voler quand il y a la bonne neige, c’est vraiment magique.

Est-ce qu’il vous arrive de visiter aussi la région en été, pour pratiquer d’autres activités que le ski ?

J’y vais aussi beaucoup en été, oui, pour profiter du lac de Serre-Ponçon. Je fais de la wing et ma copine en fait aussi, il y a un stade d’athlétisme à Gap donc parfois je fais des petits stages là-bas histoire de profiter de la station même en été.

Kévin Mayer a parfois été la star de la descente aux flambeaux. Photo OT Risoul
Kévin Mayer a parfois été la star de la descente aux flambeaux. Photo OT Risoul

PARTAGER
Découvrez nos lectures liées
Restez informé, suivez le meilleur de la montagne sur vos réseaux sociaux
Réserver vos séjours :
hébergements, cours de ski, forfaits, matériel...

Dernières actus

Rechercher par région
  • Alpes (134)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (21)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant