Rechercher une destination...
Mon séjour
Où ?
Quand ?
Qui ?

Itinéraires balisés : le ski de randonnée en toute sécurité

La peau de phoque n’est pas morte ! Elle signe même un retour fracassant depuis quelques années. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Les skieurs de randonnée, ce sont ces amateurs d’endurance qui remontent la pente grâce à des skis un peu particuliers (très légers, ils sont équipés de fixations qui peuvent libérer le talon pour la marche), des chaussures spéciales et surtout des « peaux de phoque » (en réalité synthétiques) que l’on colle sous sa semelle pour ne pas glisser et qu’on décolle une fois arrivé en haut.

 Le renouveau de la rando

 Pratiquée uniquement par des purs et durs il y a quelques années encore, la discipline a connu une nouvelle jeunesse avec le développement d’un matériel moins lourd, plus large, plus fun : la « rando » est devenue cool ! Ajoutez une saison 202-2021 sans remontées mécaniques et une tendance de fond vers le sport santé et la découverte des grands espaces, vous obtenez une mode de la « freerando » déclinable sur tous les massifs. Et si ce n’est pas clair, allez demander à Martin Fourcade ce qu’il en pense.

L'effort conscenti à la montée donne toute sa valeur à la descente. Photo Adobe Stock
L'effort conscenti à la montée donne toute sa valeur à la descente. Photo Adobe Stock

Remonter les pistes d’alpin, c’est non

 Oui mais voilà : la rando, qui se pratique généralement hors-piste, n’est pas sans danger, notamment au niveau des avalanches. Ce qui pousse certains pratiquants à remonter les pistes de ski alpin avant de se faire une petite descente. Une pratique qui n’est pas du goût des stations, puisqu’elle met tout le monde en péril. « Chez nous, le ski de randonnée sur les pistes est interdit par arrêté municipal », affirme Laurent Ajalbert, directeur de la sécurité des pistes au Lioran, dans le Massif Central. « Quand on voit des gens qui remontent les pistes, parfois à deux de front et qu’il y a des skieurs débutants qui descendent, on comprend bien que c’est dangereux. » 

Oui mais voila : pour pratiquer hors-piste, il faut se doter d’une solide équipement de sécurité (appareil de détection des victimes d’avalanche, sonde, pelle) et avoir de bonnes connaissances sur la météo, la nivologie et la cartographie, pour ne pas se retrouver au mauvais moment au mauvais endroit…

Le ski de randonnée est une activité en plein essor en Ubaye. Photo Raoul Gertraud
Le ski de randonnée est une activité en plein essor en Ubaye. Photo Raoul Gertraud

Des itinéraires dédiés 

C’est pourquoi les stations se sont massivement dotées d’itinéraires balisés de ski de randonnée. De la belle trace dans les bois au jalonage d’un chemin estival, elles sont de plus en plus nombreuses à proposer ce type de pistes, autant pour « canaliser la pratique » que pour élargir leur offre. Des itinéraires sécurisés, dans la mesure ou ils empruntent souvent des chemins forestiers (loin des couloirs les plus avalancheux) ou sur des secteurs sur lesquels des déclenchements préventifs d’avalanches permettent de purger les pentes à risque.

 Au Lioran, par exemple, deux itinéraires balisés permettent de rejoindre l’arrivée du télésiège du Plomb à 1800m d’altitude, au pied du Plomb du Cantal. L’un part du Lioran (4,2 km et 450 m de D+) et l’autre du secteur de Prat de Bouc (5,6 km et 650 m de D+).

« Les deux itinéraires se rejoignent en haut et la descente se fait obligatoirement sur les pistes. » Depuis la mise en place de ces itinéraires de montée il y a trois ans, Laurent observe « un petit peu moins » de skieurs de randonnée sur le bord des pistes de ski alpin, même si les pratiquants représentent « un tout petit pourcentage ». L’ESF locale, tout comme le bureau des guide d’Auvergne, disposent ainsi également d’un terrain de jeu pour des initiations à la randonnée. Un bon moyen de débuter pour les néophytes, ou de se perfectionner pour ceux qui veulent enchaîner les aller-retours sans entraîner de conflit d’usage.

Le ski de randonnée, comme ici au Sauze, permet d'alier cardio, évasion et glisse. Photo Raoul Getraud
Le ski de randonnée, comme ici au Sauze, permet d'alier cardio, évasion et glisse. Photo Raoul Getraud
Au Sauze, dans les Hautes-Alpes : « Ça colle avec l’image qu’on veut renvoyer »

Dans les Hautes-Alpes, plusieurs stations misent sur les itinéraires de ski de rando balisés. C’est le cas de Pra-Loup, en Ubaye, ou encore du Sauze, où on trouve trois itinéraires sécurisés, dont un de 900 mètres de dénivelé dans les bois, en bordure du domaine skiable. « Nous sommes une petite station qui joue la carte de la naturalité, des grands espaces », dévoile Yvan Chevalier, directeur de la régie Ubaye Ski. « Ça ne nous rapporte pas directement d’argent, car ces pratiquants n’achètent pas de forfaits, mais ça fait découvrir l’endroit et ça lui donne une image de site d’activité de pleine nature dans laquelle on trouve aussi du ski alpin. »

Selon, lui, deux catégories de randonneurs utilisent ces pistes à des moments différents. « Après une chute de neige, quand le niveau de risque est élevé, on retrouve les acharnés du ski de rando qui vont se rabattre sur ces itinéraires qui sont sécurisés. L’autre public, beaucoup développé depuis le Covid, ce sont novices qui vont louer des skis, éventuellement faire appel à un moniteur de ski et rechercher des itinéraires pas trop engageants et assez faciles. »

PARTAGER

Vous voulez en lire plus ...

Réservez un hébergement et des prestations
Rechercher par région
  • Savoie (49)
  • Haute-Savoie (33)
  • Isère (17)
  • Alpes du sud (33)
  • Massif central (4)
  • Pyrénées (20)
  • Jura (6)
  • Vosges (4)
  • Corse (1)
Suivant
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant