Prix des forfaits : la tarification dynamique fait école

Depuis la création des stations de ski française, la politique tarifaire était construite sur un prix fixe pour le forfait, décliné selon l’âge, avec un tarif dégressif en fonction de nombre de jours. A l’inverse d’autres services (un billet de TGV, d’avion ou une réservation dans un hôtel), les différences entre périodes de forte affluence et période creuses n’étaient pas énormes, voire inexistantes, de même que les réductions pour ceux qui réservent longtemps à l’avance. Depuis quelques années, certains domaines skiables remettent en question ce dogme, afin d’attirer les skieurs dans certaines semaines plus calmes, en leur proposant des prix alléchants.

Une idée venue des Etats-Unis

C’est Val Cenis, en Savoie, qui s’est lancé la première dans ce que l’on appelle la « tarification dynamique », sur proposition du directeur de la station, l’ancien champion de descente Yves Dimier. « Cela se fait aux Etats-Unis depuis longtemps, et ça se pratique dans d’autres domaines comme l’hôtellerie ou les transports. Il n’y avait pas de raison pour qu’on ne puisse pas adapter cette solution aux forfaits de ski. » Le leitmotiv de la station est simple, basique : anticipez et économisez. Ainsi, ceux qui achètent leurs forfaits très en avance peuvent bénéficier de remises jusqu’à 60% du prix de base. Des rabais qui n’étaient, jusqu’alors, accordés qu’à de très gros groupes, via des tour operators.

Selon le jour où on achète son forfait, le prix sera différent. Photo Adobe Stock
Selon le jour où on achète son forfait, le prix sera différent. Photo Adobe Stock

Acheter jusqu’à un an à l’avance

Pour les clients organisés, le bénéfice est indéniable. Certains s’y prennent même très en amont, puisque les forfaits pour l’hiver 2022-2023 étaient déjà disponibles à l’achat depuis le 18 avril 2022, alors que les pistes venaient juste de fermer ! Pour la station également, puisque cette tarification permet d’attirer les skieurs lors des semaines les plus calmes. « On ne fait pas de miracle, mais c’est un bon outil pour optimiser les ventes et les remplissages », résume Yves Dimier. D’autant que, pour les clients, l’opération est toujours gagnante puisque même lors des semaines de fortes affluences, le prix de base ne peut jamais être dépassé.

D’autres domaines s’y sont mis

Lancée il y a trois ans à Val Cenis, la stratégie a fait école dans d’autres domaines alpins. Ainsi, la station de Chamonix s’y est mise, même si elle ne l’applique pas encore à l’intégralité de ses produits. Idem pour d’autres destinations comme Aussois, Combloux, Vaujany ou encore Avoriaz, dans les Portes du Soleil. Yves Dimier pense d’ailleurs que le modèle va continuer d’essaimer. « De plus en plus de stations vont y aller, parce que c’est un mode de vente et d’achat qui est simple et de plus en plus répandu. Très peu de consommateurs dans le monde ne vont pas sur Internet pour chercher des bons plans. »

PARTAGER

Vous voulez en lire plus ...

Réservez un hébergement et des prestations

Rechercher par région
  • Savoie
  • Haute-Savoie
  • Isère
  • Alpes du sud
  • Massif central
  • Pyrénées
  • Jura
  • Vosges
  • Corse
Adultes18 ans et +
Enfantsde 0 à 17 ans
1er enfant
2ème enfant
3ème enfant
4ème enfant
5ème enfant
6ème enfant
7ème enfant
8ème enfant
9ème enfant